Actualités sur l’Infection à Chlamydia trachomatis

« Depuis le 3 septembre, l’Institut National de Prévention et d’Education à la santé (INPES) réalise une campagne de prévention sur le thème des Chlamydiae, cette bactérie sexuellement transmissible « incolore et inodore » mais dont les conséquences peuvent être graves. On peut saluer cette initiative, qui met enfin en lumière une IST dont trop peu ont connaissance. » Sexpress

Cette infection sexuellement transmissible insidieuse que trop peu connaissent | Sexpress.

 

CHLAMYDIA, évaluez vos risques d'être porteur. Cliquez ici pour commencer le test.

Pour entretenir les actions de dépistage des professionnels de santé auprès des jeunes de 15 à 24 ans, l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES) va diffuser du 3 septembre au 15 octobre 2012 une campagne de communication sur Internet. Elle aura pour but d’inciter cette population cible à faire le point sur ses risques d’infection par les Chlamydia trachomatis. Afin de mieux cerner les comportements de dépistage de cette population, l’INPES lance en parallèle une étude pour comparer 2 stratégies de prévention.

Pour plus d’informations : http://www.info-ist.fr/

« L’infection à Chlamydia trachomatis est l’infection sexuellement transmissible la plus répandue chez les jeunes en France. Malheureusement, cette population consulte peu avant d’avoir des symptômes. C’est pourquoi l’INPES va diffuser, sur les principaux sites Internet fréquentés par cette population, une campagne d’incitation au dépistage. Un lien renverra sur le site http://www.info-ist.fr/ qui propose des conseils de prévention et une orientation vers les lieux et professionnels pour effectuer le dépistage.

Durant l’ensemble de la campagne, ce site proposera aussi aux jeunes de 18 à 24 ans de participer à une étude dont l’objectif est de comparer deux stratégies d’incitation au dépistage. Dans le 1ercas, l’incitation se fera via des conseils et d’une orientation vers un professionnel de santé et dans le 2ndcas les jeunes recevront à domicile un kit d’auto-prélèvement. Ces examens seront ensuite analysés (à la fois pour la recherche de Chlamydia trachomatis mais aussi pour la recherche de Neisseria gonorrhoeae) par le centre national de référence de Chlamydiae et les résultats seront transmis gratuitement par courrier postal ou par mail aux participants.

En cas de résultat positif pour l’un des deux pathogènes, les participants seront orientés vers un médecin avec un document expliquant le dispositif et délivrant les résultats du test de dépistage. »

 

Lire aussi :

Le portage de Chlamydia trachomatis, une infection asymptomatique ?

Étude prospective sur 131 patientes consultant en orthogénie. Université de Poitiers